Communiqué : Retour à l’école à partir du 11 mai : une décision irresponsable !

«  »

Retour à l’école à partir du 11 mai : une décision irresponsable !

Communiqué de presse d’Alain Avello
Directeur du Pôle d’expertise
Référent national à l’Ecole – Les Patriotes
Président de Racine – les enseignants patriotes
Conseiller régional des Pays de la Loire

Le président de la République, suivi de son ministre de l’Education nationale ont annoncé que le retour des élèves des écoles, collèges et lycées se ferait à partir du 11 mai prochain. Comme à l’habitude, depuis le début de la crise sanitaire, l’exécutif s’est alors perdu en ambiguïtés, hésitations et contradictions s’agissant aussi bien des conditions, des modalités que de la progressivité de ce retour en classe.

D’abord, invoquer l’égalité, un nombre non négligeable d’enfants ne bénéficiant certes pas des conditions nécessaires à la « continuité pédagogique » par télé-enseignement, se révèle au plus haut point spécieux, quand l’exécutif soucieux de se dédouaner du maximum de ses responsabilités, annonce que le retour à l’école aura lieu sur la base du « volontariat » : qui peut croire que les laissés-pour-compte de la « continuité pédagogique » retrouveront si aisément le chemin de l’école ?

Ensuite, il est tout à fait évident que « les gestes barrières », pourtant absolument nécessaires, auront le plus grand mal à être observés entre enfants et adolescents, de facto regroupés, fût-ce en groupes restreints. Et que la vigilance que les personnels des établissements ne manqueront pas de déployer ne suffira pas à ce qu’ils le soient, au péril de leur propre santé et de celle de l’ensemble des familles !

Enfin, personne ne peut ignorer que cette décision trouve sa principale motivation dans les exigences du patronat. Nous apprenions avant-hier la recommandation du Conseil scientifique de différer toute rentrée au mois de septembre ; le gouvernement en a fait fi, consentant comme toujours, libéralisme oblige, à la subordination de la décision politique aux exigences économiques, quitte à risquer une deuxième vague d’épidémie. Comment comprendre sinon que les étudiants ne soient pas concernés ? Nous l’avons dit : l’Ecole n’est pas la garderie du MEDEF !

Nous tenons donc à souligner que la responsabilité majeure du gouvernement ne pourra que se trouver engagée, comme pour l’ensemble des errements et manquements dont il a fait preuve tout au long de sa gestion de la crise du Covid-19. Et nous recommandons aux familles, dans la mesure de leurs possibilités, de garder leurs enfants à domicile et de reporter autant que possible leur retour à l’école à la rentrée de septembre.