Communiqué : « Prison de Nantes : démissions de l’Etat et ordre républicain »

Communiqué de presse d’Alain Avello

Prison de Nantes : les démissions de l’Etat fissurent l’ordre républicain

                                                                                                               

Engagés dans un mouvement légitime, tant l’incapacité de l’Etat à assurer la sûreté carcérale les menace gravement dans leurs conditions de travail, les surveillants de la prison de Nantes-Carquefou bloquaient ce matin, aux seules fins de se faire enfin entendre, l’accès aux parloirs. Ils ont dû alors faire face à l’intervention des forces de l’ordre.

A l’instar des fonctionnaires de la pénitentiaire qu’ils soutiennent sans réserve― la République se devant de protéger ceux qui la servent au même titre qu’elle doit assurer, en garantissant l’ordre public, la sécurité de tous les citoyens ― Les Patriotes perçoivent pareils affrontements comme autant de symptômes d’un ordre républicain qui se fissure gravement, par faute des nombreuses démissions de l’Etat : laxisme et privation des moyens, par inconséquence budgétaire, de protéger ses agents.

Car de ces démissions, les forces de l’ordre sont autant victimes que les surveillants de prisons : il est à ce titre intolérable qu’ils puissent s’opposer. C’est pourquoi Les Patriotes demandent le rattachement de la pénitentiaire au ministère de l’Intérieur, et une politique volontariste procédant aux recrutements nécessaires et à la construction de nouveaux établissements permettant notamment l’isolement des détenus radicalisés et garantissant, plus généralement, la dignité et la sécurité de chacun.